Bienvenue dans la section blogue de votre comité consultatif en environnement.
 
Des fiches thématiques seront publiées ici régulièrement afin de vous outiller sur les questions environnementales. Pour être informé de la publication de nouvelles fiches, abonnez-vous au blogue en cliquant sur le lien à cet effet à droite de la page.
 
 
ABONNEZ-VOUS
Toutes catégories

Le myriophylle à épis

20.03.2019
PAR Fabienne Déturche
Plante aquatique envahissante la plus répandue. Le myriophylle supplante complètement la flore indigène, modifie les habitats naturels, chassant les animaux et détériorant la qualité de l’eau.
 
Originaire d’Europe, d’Asie et d’Afrique du Nord. Plante aquatique envahissante la plus répandue dont l’adaptabilité et le potentiel de diffusion sont les plus grands.
 
L’impact principal est la perte de biodiversité. La nourriture et l’habitat des insectes, poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères sont sérieusement modifiés par la présence du myriophylle en zone littorale d’un lac.
 
La présence du myriophylle interfère avec la navigation (à voile et à moteur), la pêche (en faisant disparaître des espèces prisées, en leur fournissant des cachettes ou en retenant les hameçons), les sports aquatiques et la baignade (les skis ou les jambes des nageurs peuvent s’emmêler dans les tiges de la plante). Il peut bloquer les prises d’eau et entraîner des problèmes de goût et d’odeur dans les réserves d’eau potable. Une perte de valeur à la revente des habitations riveraines de l’ordre de 20 à 30 % peut également survenir en raison de la diminution de l’attrait visuel des lacs.
 
Les moyens de prévention :
  • Éviter de dégrader la santé des lacs (érosion des berges, apport de substances nutritives...).
  • Éviter à tout prix de fragmenter la plante.
  • Nettoyer les hélices des moteurs de bateaux, les remorques ou tout autre équipement récréatif de tous fragments de plante.
  • Ne jamais rejeter de matériel vivant d’aquarium ou d’aménagement paysager dans l’environnement.

L'ABC de la combustion propre

15.03.2019
PAR Marco Legault
Pour ceux qui:
  • sont soucieux de leur santé et celle de leurs voisins;
  • veulent consommez moins de bois et garder leur cheminée exempte de créosote;
  • n'envisagent pas changer leur foyer/poêle pour un modèle aux technologies dernier cri.
Voici certaines conditions nécessaires à une combustion propre:
  • Avoir une chambre de combustion bien isolée;
  • Avoir une vélocité d’air appropriée;
  • Ne pas avoir un grappin de bois compact;
  • Préconiser des essences de bois franc;
  • Utiliser un bois sec.
 
LA RÉSULTANTE
Quelques minutes après avoir démarré votre feu, vous allez entendre le « Dragon », c’est-à-dire un vrombissement que produit le tourbillonnement de la combustion secondaire. Cette combustion secondaire de "gaz" se produit un peu plus loin que la flamme primaire. C'est justement à cette étape que vous maximiserez la valeur calorifique de votre bois tout en éliminant complètement la fumée émanant de votre cheminée et ne que ne rejettera que du CO2.
 
Les adeptes de cette approche s'efforcent aussi de configurer l'échappement des gaz de manière à en extraire le maximum de la chaleur avant sa sortie de l'immeuble. Certains y combinent aussi le principe de « Foyer de masse ». En bref, le but est de maximiser la température au niveau de la combustion et après avoir récupéré le maximum de chaleur, n'avoir qu’une température tiède à la sortie de l’habitacle à réchauffer.
 
Rappels importants
  • À l'intérieur, ayez un détecteur de fumée et de CO2 en bon état et placé à un endroit stratégique.
  • Ne jamais brûler de bois traité ou autre élément contenant des produits chimiques.
  • Si vous poussez trop l'optimisation des techniques, vous risquez de dépasser largement la température «sécuritaire» de nombreuses installations de poêles (vous pouvez littéralement faire fondre l'acier de votre tuyau de poêle).
 
MYTHE DE LA COMBUSTION LENTE
« Vous allez économiser en étouffant votre feu et en étirant votre bûche ».
 
En réalité, non seulement vous consommez plus de bois, mais vous dégradez la qualité de l'air pour vous et vos voisins, en plus de créer une couche de créosote dans votre cheminée ce qui augmente les risques d'incendies.

L’agrile du frêne

17.09.2018
PAR Fabienne Déturche
L’agrile du frêne a été détectée à Sherbrooke. Le gouvernement fédéral a donc élargi la zone règlementée à la MRC de Memphrémagog.

Dans la zone réglementée, l'Agence canadienne d’inspection des aliments a imposé des restrictions interdisant le déplacement de matières précises, y compris les produits du frêne et le bois de chauffage de toutes les essences, afin de prévenir la propagation de l’insecte.

L'agrile du frêne est un coléoptère envahissant extrêmement destructeur qui attaque et tue toutes les espèces de frênes. L'agrile du frêne a déjà tué des millions de frênes en Amérique du Nord.
 
IDENTIFICATION DE L'AGRILE DU FRÊNE
Les adultes sont vert métallique sur le dessus et vert émeraude en-dessous. Du fait de leur taille relativement modeste (8,5 à 14,0 mm de longueur sur 3,1 à 3,4 mm de largeur), ils sont difficiles à détecter et il est souvent plus facile de repérer les galeries sinueuses forées par les larves ou les frênes infestés que l'insecte lui-même.

AIDEZ-NOUS À PRÉVENIR LA PROPAGATION DE L'AGRILE DU FRÊNE
La propagation de l'agrile du frêne est le plus souvent favorisée par le déplacement de bois de chauffage et d'autres produits du frêne. Le déplacement de bois de chauffage infesté peut permettre au ravageur de se déplacer rapidement sur de grandes distances.

En freinant la propagation de l'agrile du frêne, vous contribuez à protéger l'environnement et les ressources forestières du Canada. Vous aidez également
l'industrie forestière et les pépinières dans les zones non réglementées de l'Ontario, du Québec et du reste du Canada à conserver leur accès aux marchés internationaux.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Conservation des chauves-souris

17.09.2018
PAR Fabienne Déturche
Ce mois-ci, nous avons rencontré Victor Grivegnée-Dumoulin, biologiste et l’un des piliers de Conservation Chauve-souris des Cantons de l’Est, pour parler de son sujet de prédilection.
 
Dans quelle mesure devrions-nous nous préoccuper du récent déclin des chauves-souris au Québec ?
Le déclin de nos chauves-souris affecte grandement notre économie et notre environnement. La diminution de celles-ci entraîne une augmentation de l'utilisation des pesticides par les agriculteurs qui perdent cette alliée précieuse. En plus de permettre un contrôle des insectes nuisibles, elles offrent un spectacle incroyable au coucher du soleil pour les observateurs qui sauront attendre sa sortie.
 
Que peuvent faire les citoyens pour aider les chauves-souris ?
Le meilleur moyen de leur venir en aide est de les laisser tranquille. Il est facile de cohabiter avec celle-ci, car elles ne dérangent pas l'homme dans ses activités. Il est certain qu'elles peuvent être dérangeantes dans les greniers à cause du guano (excrément de chauves-souris), mais un plastique peut être placé sous leur cachette et être nettoyé à l'occasion. Des dortoirs peuvent être installés, mais il faut s'armer de patience, car le déménagement peut être long. De nombreuses espèces de chauves-souris vivent uniquement dans nos forêts. La conservation des arbres matures ou morts et des milieux humides est donc primordiale. De plus, la réduction des pesticides et l'interdiction des plus nocifs est aussi une priorité pour notre équipe.
 
Est-ce que les dortoirs pour chauves-souris fonctionnent ?
Il faut être patient avant qu'ils deviennent efficaces. Ils sont préférés par les mâles, car ils n'atteignent pas la température idéale pour les maternités. Des modèles chauffants sont en développement et pourraient combler le problème et favoriser les femelles qui s'occupent des petits.
 
Nous avons perdu plus de 90% de nos petites chauves-souris brunes. Avez-vous bon espoir qu'elles pourront se rétablir?
La communauté scientifique semble d'accord à dire que le déclin est terminé et que les populations sont plus stables. Les individus restants sont probablement résistants au syndrome du museau blanc. Il faut donc favoriser la conservation des chauves-souris toujours en vie pour permettre aux parents porteurs du gène résistant de se reproduire et de le transmettre aux générations futures.
 
Pourquoi t’intéresses-tu aux chauves-souris?
Que demander de mieux que de travailler avec le seul mammifère volant qui a évolué en utilisant l'écholocation pour se repérer et chasser. Elles sont si mystérieuses lorsqu'elles s'élancent dans la nuit et tellement utiles pour chasser les insectes. Je ne pouvais pas demander mieux que de tomber sur la belle équipe de Conservation Chauve-souris.
 
Pour les contacter : conservationchauvesouris@gmail.com
Pour plus de détails : conservationchauvesouris.com
HEURES D'AFFAIRE
DU LUNDI AU JEUDI
de 8h30 à 12h et de 13h à 16h
LE VENDREDI
de 8h à 12h
ABONNEZ-VOUS
SUIVEZ-NOUS
Danger d’incendie 
Prévision pour : Aujourd’hui
Estrie
URGENCES
FEU - POLICE - AMBULANCE
911

INFO-SANTÉ
811

INFO-CRIME
1 800 711.1800

SOS BRACONNAGE
819 572.6072
www.sq.gouv.qc.ca/poste-mrc-de-memphremagog

SURETÉ DU QUÉBEC
1 800 463.2191
www.mffp.gouv.qc.ca/faune/sos-braconnage